Faire la différence entre cauchemars et terreurs nocturnes

Les cauchemars et terreurs nocturnes pourrissent les nuits de nombreux bambins et parents.😮

Bien qu’il s’agisse dans les 2 cas de troubles du sommeil, les terreurs nocturnes et les cauchemars sont complĂštement diffĂ©rents.

Mon loulou de 19 mois est dans une pĂ©riode oĂč il fait des terreurs nocturnes et je peux dire que c’est assez impressionnant et pĂ©nible Ă  voir.
A l’heure actuelle je suis toujours incapable de dire si pendant sa « crise » il est conscient ou endormi.

AprĂšs m’ĂȘtre bien renseignĂ©e sur le sujet, voici les informations que j’ai recueillies :

 

 

➡ Le cauchemar 

 

Durant la nuit, le cerveau de l’enfant passe en revue la journĂ©e passĂ©e. Il enregistre alors toutes les informations et l’enfant revit certaines Ă©motions/angoisses.

Tout petit, l’enfant doit faire fasse Ă  de grandes Ă©volutions (apprentissage de la marche, de la parole …) ainsi que des nombreuses frustrations qui vont avec. La nuit ces frustrations resurgissent et l’enfant se rĂ©veille en pleure et Ă  besoin d’ĂȘtre rassurĂ©.

Une fois plus grand, en gĂ©nĂ©ral aprĂšs l’entrĂ©e à l’Ă©cole, l’enfant sera capable de faire des cauchemars en rapport avec des histoires vues ou entendues. C’est lĂ  que le fameux « monstre » vient hanter les nuits de nos bambins.

L’enfant pourra faire des cauchemars Ă  cause d’Ă©vĂšnements de la journĂ©e qui l’ont perturbĂ© ou inquiĂ©tĂ©.
Une moquerie d’un camarades de classe, un cours de natation difficile, une sĂ©paration avec un parent …

Le cauchemar apparait gĂ©nĂ©ralement en phase de sommeil paradoxal qui se situe en fin de nuit. L’enfant Ă  alors besoin d’ĂȘtre rassurĂ©. Si il se souvient de son cauchemar, parlez-en avec lui. Parler de ses peurs et donc les Ă©vacuer l’aidera Ă  se rendormir plus facilement. 

 
➡ Comment lutter contre les cauchemars : 

 

Pratiquez un rituel le soir avant le couchĂ© : un bon bain suivi d’une petite histoire (sans loup ni monstre 🙂 ) et invitez votre enfant Ă  parler de sa journĂ©e, demandez-lui de vous raconter son meilleur et son pire moment de la journĂ©e. De cette façon il peut se « dĂ©charger » d’une angoisse Ă©ventuelle.

– Si la peur de « monstres » persiste vous pouvez inventer un « pchiiit » magique (Ă  base d’eau et d’huile essentielle de lavande) qui fait fuir les monstres. Vous vaporiserez autour de son lit avant le couchĂ©.

 
➡ La terreur nocturne

 

Elle survient en premiĂšre partie de nuit. En gĂ©nĂ©ral 3h aprĂšs que l’enfant se soit endormi. 

TrĂšs diffĂ©rente du cauchemar, la terreur nocturne se caractĂ©rise par une agitation extreme de l’enfant dans son sommeil. Il peut alors gĂ©mir, crier et parfois mĂȘme hurler en se dĂ©battant dans tous les sens. L’enfant semble en panique mais est souvent encore endormi. L’Ă©tat se rapproche alors du somnambulisme.

Si l’enfant est endormi, il est prĂ©fĂ©rable de ne pas le sortir du lit. Allumez une veilleuse, asseyez-vous prĂšs de lui et parlez-lui doucement. Si il n’arrive pas Ă  se calmer aprĂšs quelques minutes, vous pouvez le sortir dĂ©licatement de sa chambre.
Un changement de tempĂ©rature peu l’aider Ă  retomber dans un sommeil calme. Vous pouvez aussi essayer de lui proposer un biberon de lait ou d’eau.

Si l’enfant semble Ă©veillĂ© mais ne veut pas se calmer malgrĂ© votre prĂ©sence, prenez-le dans vos bras et changez de piĂšce.
Parlez-lui doucement, chantez lui des berceuses. Il se peut qu’il ne vous reconnaisse mĂȘme pas et continue de se dĂ©battre.
C’est le cas avec mon loulou, je dois le bercer un long moment en chantant avant qu’il ne revienne Ă  lui et se calme enfin.

 

➡ La terreur nocturne survient principalement quand l’enfant est trĂšs fatiguĂ© ou qu’il a eu une journĂ©e riche en Ă©motions.

Afin de l’Ă©viter au maximum, veillez Ă  ce que votre enfant fasse une ou plusieurs sieste(s) durant la journĂ©e et qu’il se couche Ă  la mĂȘme heure tous les jours.

Avec mon loulou c’est systĂ©matique, je peux dire Ă  l’avance les jours ou il fera une terreur. Si il va dormir passĂ© son heure habituelle c’est dĂ©jĂ  certain et si il a vu beaucoup de monde de la journĂ©e aussi.

 

 

➡ RemĂšde homĂ©opathique : 

Le remÚde traditionnellement prescrit en homéopathie pour lutter contre les cauchemars et terreurs nocturnes est le Stramonium. Ce remÚde homéopathique est particuliÚrement efficace chez les enfants :

  • qui ont besoin d’une prĂ©sence ou de lumiĂšre pour s’endormir ;
  • qui grincent des dents en dormant ;
  • qui ont tendance Ă  avoir des terreurs nocturnes entraĂźnant des cris ;
  • qui se rĂ©veillent en pleine nuit et ne reconnaissent personne ;
  • qui se calment avec la lumiĂšre et lorsqu’on les rĂ©conforte aprĂšs qu’ils aient Ă©tĂ© complĂštement rĂ©veillĂ©s.

Dans ce type de situation, prendre Stramonium en 9 ou 15 CH, le soir au coucher ou lors du réveil nocturne.

Ici je commence une petite cure de Stramonium pour mon loulou. Je lui donne 3 granules de 9CH au coucher.
J’espĂšre en finir avec ces terreurs. 🌟

 

Et chez vous les mamans, des cauchemars ou terreur nocturnes ? 
Vous avez des trucs et astuces ? 
Dites-nous tout ! 

Vicky 💞

Rendez-vous sur Hellocoton !

Auteur de l’article : Vicky

Partagez-nous votre expérience